Rechercher

Un Centre médical à l’Himalaya – Interview avec Marc de Health Us Nepal

Énorme enthousiasme, beaucoup de motivation et grands plans. Ce sont les mots qui nous viennent à l’esprit quand on entend parler de Health Us Nepal et de Marc, l’artisan de ce projet.

Né au Népal, il a été adopté à l’âge de six ans par une famille de Gerona (Espagne), où il a eu la chance de pouvoir aller à l’université et devenir médecin. Aujourd’hui, à l’âge de 28 ans, Marc est retourné vivre à Humla (région du Népal) et a construit un centre médical pour prendre soin des habitants de cette région isolée au milieu de l’Himalaya. Depuis son ouverture, il y a 6 mois, lui et son partenaire ont déjà servi plus de 5 000 personnes. Chaque jour, environ 25 à 30 personnes visitent le centre de santé et Marc effectue également des visites à domicile pour traiter les cas les plus urgents.

Chez Nicequest, nous sommes fiers de collaborer avec Health Us Nepal et de vous offrir la possibilité d’utiliser vos Coquillages pour faire des dons et aider à des projets comme celui-ci.

Nous avons contacté Marc, mais il a fallu qu’il trouve une connexion Internet, pour nous informer de ce projet passionnant.

 

Page de dons sur le site Nicequest
Visitez Nicequest.com et échangez vos Coquillages contre un don pour Health Us Nepal !

Bonjour Marc, félicitations pour l’ouverture du centre de santé ! Comment se déroule la mise en marche du projet?

 

Pour l’instant, nous ne travaillons que deux personnes ici : un pharmacien, Naren Phadera, et moi qui suis médecin. Il y a beaucoup de travail et c’est dur parfois. Bientôt, une troisième personne rejoindra l’équipe en tant qu’assistant sanitaire, Sabin Bhandari, un professionnel local comme nous. Mais malgré les difficultés liées aux procédures, aux permis, à la communication, nous sommes heureux de comment le projet progresse et de pouvoir fournir des médicaments à Simikot.

 

Pouvez vous nous décrire une journée normale?

J’habite à Simikot, la capitale de la région de Humla, près de notre centre de santé. Chaque jour je me lève entre 6h et 6h30. Les jours où il y a de l’électricité et du service, j’essaie de me connecter à Internet. À 8 heures, j’ouvre la pharmacie et le cabinet médical avec Naren. Entre 16h et 19h c’est quand il y a plus d’activité. Souvent plusieurs patients arrivent en même temps et ils veulent tous être visités par le médecin en premier. Ils ne sont pas habitués à devoir attendre, faire la queue et à respecter leur tour, nous avons donc dû leur apprendre progressivement cela.

À 20h nous fermons le centre, je rentre chez mois et j’essaye de me coucher avant 22h. La journée est toujours dure à Humla.

Deux fois par mois, je passe 4 jours à visiter à pied les villages de Thee et Takla où j’assiste les patients qui n’ont pas pu se déplacer jusqu’à Simikot. Ce sont normalement des personnes âgées, de castes inférieures et très pauvres.

 

 Regardez la vidéo ci-dessous pour en savoir plus 👇

 

Jusqu’à aujourd’hui, quelle a été votre meilleure expérience au Népal ?

Personnellement, l’expérience la plus émouvante pour moi à été la réunion avec ma famille biologique 12 après notre séparation. Voir leurs sourires, leurs regards et comme ils étaient heureux quand nous nous sommes retrouvés est sans aucun doute l’une des meilleures expériences que j’ai vécu ici au Népal.

En tant que médecin, un moment très touchant a eu lieu il y a deux ans, quand j’ai aidé un garçon de 6 ans qui avait cassé son bras gauche lors d’une chute de 7 mètres de hauteur.

Lui et son père étaient originaires de Ripa, un village reculé de Humla. Le père s’appelait Harka (comme mon prénom népalais) et ils étaient de basse caste. Après l’accident, le père avait emmené l’enfant à l’hôpital public de la région où ils ont immobilisé son bras avec un bandage rigide pendant 3 semaines. À l’hôpital le seul soin qu’il a reçu a été ce pansement et quand je l’ai vu, le garçon avait son bras complètement noirci et beaucoup de fièvre. J’ai dit à son père qu’il devait être immédiatement transféré à l’hôpital de Katmandou pour être intervenu, car la vie de l’enfant était en danger. Je lui ai dit que probablement il allait perdre son bras. Son père a beaucoup pleuré à ce moment-là. Après, je les ai aidés financièrement à faire face aux frais hospitaliers.

Six mois après l’opération, je les ai retrouvés dans une rue près de l’aéroport de Nepalganj. Ils m’ont reconnu, le père m’a fait un Namaste à deux mains et le garçon m’a fait un énorme sourire et il m’a embrassé avec son seul bras, le droit.

Peu de temps après, notre projet Health Us Nepal a été lancé pour apporter la santé à la population de Humla.

 

Des enfants qui boivent de l'eau
Health Us Nepal a le but de porter de la santé aux gens de la région

 

Y a-t-il quelque chose qui vous a surpris lorsque vous avez démarré le projet ?

Nous devons être très patients avec la bureaucratie au Népal. Nous avons appris à ne pas accepter un refus et à insister jusqu’à obtenir notre but. Les permis et les licences pour la pharmacie nous ont coûté cher par exemple, mais finalement nous avons réussi à les avoir.

Une autre chose qui m’étonne des habitants de Humla, c’est que ceux qui ont le moins sont ceux qui donnent le plus. Beaucoup de personnes que nous avons assistées sur place dans des villages, viennent à Simikot un temps après pour nous offrir des légumes, des fruits et des œufs. Les gens sont très reconnaissants.

 

Avez-vous des nouveaux projets en tête ?

La prochaine étape de ce projet est de construire une polyclinique à Simikot et d’agrandir l’équipe médicale. Nous avons besoin de recruter des infirmières, des sages-femmes et un médecin spécialiste (par exemple, un chirurgien orthopédiste ou un gynécologue). Par ailleurs, nous voulons équiper le centre d’un laboratoire d’analyse et d’un appareil à rayons X. Cela nous donnerait plus de portée et de capacité d’action.

 

Des enfants qui sourient au Népal
Humla est une région avec 60 000 habitants environ

Comment a réagi la population locale à votre projet ?

La plupart des gens sont très reconnaissants. Ils apprécient beaucoup le fait qu’une personne qui avait tous les avantages de vivre en Espagne soit retournée dans son pays d’origine pour aider son peuple.

Nous avons beaucoup d’énergie, d’envie et d’enthousiasme pour continuer à travailler à Humla et faire croître notre projet Health Us Nepal. Je pense que nous sommes sur le bon chemin !

Merci aussi à Nicequest et à Worldcoo. Grâce à votre intérêt sur notre projet nous avons eu l’opportunité de diffuser notre travail. 

Merci de tout cœur et, Health Us !

 

Pour soutenir les efforts de Health Us Nepal, utilisez vos Coquillages pour faire un don ! Visitez la section Dons sur nicequest.com et découvrez-en plus sur le projet.

Ajouter un commentaire

*

Haut