Rechercher

Interview : Réduire la malnutrition infantile en Bolivie

Nicequest a eu l’opportunité de travailler avec Worldcoo sur un projet de donation pour aider à réduire la malnutrition infantile à Sopachuy, en Bolivie. Ce projet a mis l’accent sur les enfants et les adolescents, en essayant de comprendre l’impact de l’environnement familial et scolaire sur eux. Avec l’aide de 4 427 membres géniaux et généreux, nous avons pu récolter plus de 9 500 euros pour aider plus de 200 enfants et adolescents.

Miquel et Mireia sont deux des ambassadeurs de Worldcoo qui aident à vérifier et à visiter certains des projets de don qu’ils ont aidé à financer, avec l’aide de toutes les “entreprises ayant une cause” qui collaborent avec Worldcoo.

Récemment, ils se sont rendus à Sopachuy, l’un des villages les plus touchés par l’indice de malnutrition infantile en Bolivie. En effet, tous les 100 enfants de Sopachuy présentent un état de malnutrition chronique. Grâce à l’aide de nos membres, l’ONG Ayuda en Acción a été en mesure d’augmenter la disponibilité des ressources alimentaires, d’apprendre à augmenter les revenus issus de l’agriculture de la famille et de promouvoir de bonnes pratiques d’hygiène et de consommation responsable. Vous pouvez jeter un coup d’œil au projet ici.

Worldcoo a interviewé Miquel et Mireia au sujet de leur expérience après avoir visité Sopachuy avec Ayuda en Acción.

 

L’interview de Miquel et Mireia

Comment décririez-vous Sopachuy ?

Sopachuy est une municipalité formée de neuf communautés réparties sur un vaste territoire. Nous sommes allés à Amancaya, l’une des plus importantes des neuf. Pour y arriver, il nous a fallu quatre heures de voiture de Sucre, la ville la plus proche. La dernière heure et demie, la route était non pavée donc habituellement impraticable en période de fortes pluies. Il n’y a aucun type de transport qui permet de rejoindre cette communauté, et le seul moyen pour les habitants de partir est à pied.

Les rues du village sont sales et creusées par de grands trous faits par l’eau de pluie. Il y a trois ans, les maisons ont finalement reçu l’électricité. L’eau courante n’est pas présente dans toutes les maisons et n’est pas potable, et pour cette raison, la plupart des gens vont à la rivière pour laver leurs vêtements, se nettoyer et avoir de l’eau pour cuisiner et boire.

La communauté dispose d’un centre de santé qui comprend quatre autres communautés (San Isidro, Achatalas, Chavarria et Alisos) et une école primaire et secondaire. Cette année, ils ont 250 élèves âgés de 6 à 16 ans. Certains enfants doivent marcher jusqu’à une heure et demie chaque jour pour aller à l’école.

 

Living conditions in Sopachuy a municipality in Bolivia
Les conditions de vie à Sopachuy, une municipalité en Bolivie.

 

Comment sont ses habitants ?

Les habitants d’Amancaya sont des Quechua et c’est leur langue maternelle. Leur niveau d’éducation est très basique, la majorité n’a été qu’à l’école primaire.

Ils sont catholiques et entretiennent certaines traditions liées à la Pachamama.

 

Quelles sont les principales conséquences après la mise en œuvre du programme social promu par Ayuda en Acción ?

Les principaux effets qui sont facilement visibles dans la communauté ont été les améliorations apportées à l’école (nouvelle cuisine, évier, nettoyage de la cour), le nouveau centre de santé et l’amélioration des habitudes hygiéniques et alimentaires de la population.

Grâce aux actions menées, les cas de malnutrition infantile (moins de 5 ans) ont été réduits. Avant le début du projet, 21% des enfants souffraient de malnutrition sévère, maintenant 5%.

 

Charity that helped Increase farmers income and improve access to irrigated water.
Les dons ont contribué à augmenter le revenu des agriculteurs et à améliorer l’accès à l’eau irriguée.

 

Au cours de la visite, vous avez eu l’occasion de parler avec certaines des familles qui ont participé au projet. Qu’en pensent-elles ?

Après la visite à Sopachuy, la gratitude est le sentiment le plus commun et le plus sincère que tous les habitants nous ont transmis.

Elvira, enseignante à l’école primaire, dit : “Ce que j’ai aimé de ce projet, c’est qu’ils nous ont fait travailler. L’aide va et vient, mais l’étincelle du travail n’est pas partie.”

 

Bien que le projet ait pris fin il y a quelques semaines, les habitants de Sopachuy continuent de travailler pour continuer à améliorer leur qualité de vie. Quelles sont leurs priorités aujourd’hui ?

  1. Garder les habitudes apprises en matière d’hygiène et d’alimentation saine.
  2. Retenir les jeunes à l’école pour qu’ils terminent leurs études secondaires.
  3. Fixer l’économie agraire pour éviter d’avoir à quitter la ville.
  4. Continuer à travailler sur les défis de santé liés au VIH, les grossesses à l’adolescence et continuer à travailler dans le suivi de la malnutrition.

 

Charities that help promote healthy eating habits in all families.
Les dons aident à promouvoir des habitudes alimentaires saines dans toutes les familles.

 

De manière générale, comment décririez-vous l’expérience de votre visite à Sopachuy ?

La possibilité de visiter ce projet nous a donné l’opportunité de connaître une autre réalité de la Bolivie, une réalité largement répandue mais inconnue en même temps. L’environnement rural souffre de conditions précaires et les habitants ont une très mauvaise qualité de vie.

En ce qui concerne le projet, nous avons été très heureux de pouvoir faire partie d’une histoire à succès dans laquelle tous les agents concernés (ONG, enseignants, centre de santé, parents, étudiants, administration municipale) ont été impliqués et soudés pour atteindre leur objectif.

Vous pouvez lire l’interview complète ici.

 

Vous voulez faire don de vos Coquillages pour une cause comme celle-ci ? Consultez nos campagnes de dons actuelles. Et si vous n’êtes pas encore membre de Nicequest,  Découvrez comment rejoindre Nicequest ici. 

Ajouter un commentaire

*

Haut